Skills: Le répertoire

Délire défait


Délire défait. Une danse. Une performance. Une installation. Et un autoportrait.

« En effet, Délire défait serait, si je le clarifiais, une danse en instance de se lire ou de se définir sous les traits d’une performance en installation, qui semblerait offrir un portrait ou, à vrai dire, une accumulation de confessions par l’énonciation de faits et de visions ; une danse en transe, une décomposition, une délivrance de traits défaits, qui apparaîtraient et occuperaient le silence par vidéodiffusion ; une installation d’actions, et sa correspondance en diffusion, qui cibleraient une redéfinition de la perception du sujet et de sa réflexion sur la télévision ;  une représentation qui apprivoiserait l’un, qui revisiterait l’autre, par cette succession de documentations et de confrontations ; une implosion… une explosion, qui atteindraient par leur outrance, et susciteraient la réprobation, la concession, la rémission, l’approbation, l’identification, la transcendance. Or, défait ou en délire, l’un rit, soupire, pleure. » Benoît Lachambre.

Chorégraphie / codramaturgie et interprétation Benoît Lachambre
Conception visuelle / codramaturgie / costumes Nadia Lauro
Composition / intervention sonore Laurent Maslé
Conception des éclairages Robert Gauthier succédé par Jean Jauvin
Direction technique / vidéo Jean Jauvin
Portrait peint Jennifer Goddard

Production Par B.L.eux
Coproduction Musée d’art contemporain de Montréal (Montréal, Canada) et Centre national des Arts (Ottawa, Canada). L’œuvre a bénéficié du support financier de TanzWerkstatt (Berlin, Allemagne).

La première de Délire Défait a eu lieu en février 1999 au Musée d’art contemporain de Montréal (Montréal, Canada).

© Crédit photographie : François Kraemer.