Collaborateurs

Daniele ALBANESE, chorégraphe et interprète

daniele-credit Hahn Rowe copyDaniele Albanese est chorégraphe et interprète. Né à Parme en 1974, il étudie la gymnastique et le ballet et obtient en 1997 un diplôme de l’EDDC-Arnhem (Hollande). Au cours de cette période, il a étudié, entre autres, avec Steve Paxton, Eva Karkzag, Lisa Kraus et Benoît Lachambre. Il a collaboré par la suite comme danseur avec Peter Pleyer, Tony Thatcher, Charlotte Zerbey, Martin Butler, Mawson-Raffalt + Falulder – Mawson, Jennifer Lacey, Virgilio Sieni, Nigel Charnock, Karine Ponties. Au cours de sa carrière, Daniele a performé dans plusieurs théâtres et festivals internationaux en tant que danseur et chorégraphe : PS122 (New York), Festival Sesc (S. Paulo), Fabbrica Europa (Florence), Teatro Comunale di Ferrara, Festival Grec (Barcelone), Torino Danza (Italie), RomaEuropa festival (Italie), DancEUnion-Southbank Centre (Londre). En 2002, il a fondé sa propre compagnie de danse, Stalk, avec laquelle il a créé ses oeuvres les plus récentes : àrebours100TiqqunPietroIn a LandscapeOnly You, et Andless. Son dernier projet Something About Today (The Vicious Circle) avec le solo AnnotTazioni a été créé au Teatro Comunale di Ferrara (Italie) en Décembre 2010, et se poursuit en tournée. En 2012, il a collaboré de nouveau avec Benoît Lachambre pour la création de Snakeskins (un faux solo)www.compagniastalker.com

 

 

 

Alexandra BERTAUT, conceptrice costume

ExplorerAlx_vignette

Alexandra Bertaut est une exploratrice. Elle utilise le corps comme sujet et non comme prétexte. Parce que c’est bien du corps qu’il s’agit là. Cette mise en scène du soi inhérente au vêtement. Définir – modeler des espaces, des identités, des individualités. Multiples – corps social, organismes vivants. Alexandra a commencé par des études en arts appliqués, mode et environnement. Elle poursuit ses recherches avec, notamment, Carlotta & Caterina Sagna, Edmond Russo et Shlomi Tuizer, Frank Micheletti, Fabrice Lambert, Maud Le Pladec, Herman Diephuis, Thomas Quillardet, Richard Siegal, Su-Feh Lee & Benoît Lachambre. En 2012, elle a réalisé les costumes de Snakeskins (un faux solo) pour Par B.L.eux.

 

 

Marcio KERBER CANABARRO, performeur

MÁRCIO KERBER CANABARRO est un danseur / performeur / créateur avec un B.A. en communication sociale (UNIJUI – RS – BR) et une majeur en performance (SEAD – Salzbourg – AT). Il a travaillé avec des artistes comme Keith Hennessy, Adrien Hod (Hodworks), Peter Pleyer et Meg Stuart. En 2016, en collaboration avec Csaba Mólnar, a reçu le prix Lában en Hongrie avec « TROPICAL ESCAPE ». En 2017 avec Mólnar a été nominé avec « Eye Candy » pour la meilleure performance internationale par le prix de la critique au Danemark. Canabarro et Mólnar continuent à créer ensemble et au début de 2018 avec « DEEPER »; une collaboration avec Tamara Zsófia Vadas et Imre Vass, coproduit par Trafó House of Contemporary Arts Budapest.

 

Sophie CORRIVEAU, chorégraphe - interprète

Danseuse, performeuse, chorégraphe, enseignante, directrice des répétitions et conseillère artistique, Sophie Corriveau œuvre dans le milieu de la danse contemporaine depuis les années 80. Elle débute sa carrière au Theater Ballet of Canada, puis se joint à Montréal-Danse de 1989 à 1993. Depuis, à titre de danseuse indépendante, elle se lie au travail de plusieurs chorégraphes dont Louise Bédard, Danièle Desnoyers, Sylvain Émard, Alain Francoeur, Jean-Sébastien Lourdais, Jean-Pierre Perreault, Manuel Roque et Catherine Tardif, avec qui elle se produit au Québec et à l’étranger
À l’automne 2011, Sophie Corriveau crée, en collaboration avec son frère et artiste visuel Thomas Corriveau, Jusqu’au silence, solo qu’elle interprète à l’Agora de la danse. En 2014, elle signe, en co-création, 6’3 évanouissements, œuvre chapeautée par la compagnie Et Marianne et Simon. En 2015, elle est idéatrice et conceptrice de l’évènement Nous ne sommes pas tous des danseurs, « tables rondes dansées », projet atypique, imaginé conjointement avec Katya Montaignac, qui réunit 17 interprètes autour d’enjeux inhérents au métier et à l’art de l’interprète en danse. En 2016, elle crée Pas de bras, pas de chocolat pour les étudiants de l’École de danse contemporaine de Montréal.
Sophie Corriveau est aussi directrice des répétitions pour les compagnies Daniel Léveillé Danse et Le Carré des Lombes, et enseignante à L’École de danse contemporaine de Montréal.

Christine ROSE Divito, photographe

photo Christine Rose Divito_reduce

D’origine italienne, Christine Rose Divito est une photographe in­dépendante spécialisée dans la danse contemporaine et le documentaire artistique. Elle obtient dans les années 90, un premier prix d’art dramatique au Conservatoire Na­tional de Bruxelles et commence ainsi une carrière de comédienne (entre autres au Théâtre de Poche à Bruxelles) pour ensuite se consacrer à la musique et créer un groupe de rock du nom de Marthajane. Christine a notamment travaillé en tant que per­formeuse, professeur et photographe pour la com­pagnie Dammaged Goods (Meg Stuart), et la compagnie Par B.L.eux (Benoît Lachambre) avec lequel elle co-met en scène un duo au Quartz à Brest. Elle a également couvert comme photographe officielle divers festivals de danse : «politics of exstasy» au Hau à Berlin, l’édition de Jared Gradinger des «Grandes Traversées» à Royan et Bordeaux.

En tant que photographe, Christine publie dans plusieurs journaux et réalise diverses couvertures de magazine. Elle a, par ailleurs, eu l’opportunité d’expo­ser au cours des dernières années au Musée d’Art Contemporain de Barcelone et au Carhart Shop (France) en 2009 ; au Fremantle Art Center (Austra­lie), à La Fourmi (Paris, France), à The Archive (New-York, USA), et à La Maison du Peuple (Belgique) en 2010 ; ainsi qu’à We Are Different (Belgique) en 2011. En 2012, elle a participé à la création de Snakeskins (un faux solo) au côté de Benoît Lachambre.

 

 

 

Clara FUREY, auteure-compositeure-danseuse-comedienne

Photo: Mathieu Verreault

Créatrice insaisissable formée en musique au Conservatoire de Paris et en danse à l’École de danse contemporaine de Montréal, Clara Furey s’intéresse en premier lieu au mélange des formes, des langages et des codes qui composent une œuvre vivante. Elle se tourne résolument vers la création chorégraphique et l’art performatif depuis 2011. Elle commence sa carrière en danse en tant qu’interprète pour de nombreux chorégraphes, dont George Stamos, Damien Jalet et Benoît Lachambre qui aura un impact important sur sa démarche artistique. Ce dernier l’a amené à considérer la danse dans tout mouvement, toute respiration, tout travail ou action du corps. Clara Furey développe depuis plusieurs années une démarche visant à matérialiser l’abstraction des sentiments et développe des pièces axées autour de l’hyper-éveil des perceptions sensorielles.

Dans une démarche profondément transdisciplinaire et abordant la création chorégraphique avec des projets au croisement de la danse, de la performance et de la musique, elle co-crée en 2011 avec l’actrice Céline Bonnier Hello… How Are You ?. En 2012, elle collabore avec Benoît Lachambre en tant qu’interprète et directrice musicale dans la pièce Chutes Incandescentes. Viennent ensuite Ciguë, co-crée en 2014 avec le chorégraphe français Eric Arnal Burtshy, Night Will Come, co-crée avec Michikazu Matsune au musée Ethnologique de Vienne, puis en 2015, Untied Tales ( The vanished power of the usual reign ) co-crée avec Peter Jasko.

En 2016 Clara Furey s’oriente vers la direction artistique et la création chorégraphique de groupe avec le projet Cosmic Love. Parallèlement elle est invitée par le Musée d’Art Contemporain de Montréal à créer un cycle de 90 performances solo intitulé When Even The dans le cadre de la grande exposition hommage à Léonard Cohen « Une brèche en toute chose ». Elle est artiste associée à Par B.L. eux.

 

 

 

Karine GAUTHIER, directrice technique

Karine Gauthier  a collaboré à de nombreux projets dans différents pays. Elle a assuré la direction technique – et continue pour certaines – de George Stamos, Suzanne Miller & Allan Paivio, Jean Sébastien Lourdais, Sylvain Émard Danse, Par B.L.eux mais aussi pour la compagnie Montréal Danse. Passionnée par la lumière, elle a conçu les éclairages pour les pièces Yellow Towel de Dana Michel ou The Part d’Antonija Livingstone, Fragil de Blanca Arrieta, Serait-ce moi, Seigneur ? de Rodrigo Garcìa, La Métaphysique de Fredéric Marier, Husk et Liklik Pik de George Stamos, Soak de Caroline Laurin Beaucage et Martin Messier, et pour Véronica Mélis, Florence Figols, Érin Flynn, Marie-Claude Rodrigue, José Gagnon, Maria Kefirova, Emmanuelle Calvé, la talentueuse Elsiane, Suzanne Miller & Allan Paivio, la compagnie BBT ou encore The Coregraphers. De plus, Karine Gauthier a collaboré avec Marco Calliari sur ses tournées Mia Dolce Vita et Al Faro Est et sur celles des artistes Richard Séguin et Jorane. Karine souhaiterait continuer longtemps dans cette voie lumineuse…

 

 

YVES GODIN, créateur lumière

Yves Godin_vignette

Créateur lumière, Yves Godin collabore au début des années 1990 aux projets de nombreux chorégraphes (Hervé Robbe, Georges Appaix, Fattoumi & Lamoureux), abordant ainsi un vaste champ d’expérimentations esthétiques. Il travaille ensuite avec plusieurs musiciens, artistes visuels et chorégraphes (notamment Alain Michard, Kasper Toeplitz, Rachid Ouramdane, Julie Nioche, Emmanuelle Huynh, Boris Charmatz, Claude Wampler, Christian Sébille, Maria Donata d’Urso, Jennifer Lacey & Nadia Lauro, Alain Buffard, Vincent Dupont). Sa démarche porte sur l’idée d’une lumière non dépendante de la danse, de la musique ou du texte mais qui puisse entrer en résonance avec les autres composantes de l’acte scénique, en travaillant autour de deux axes principaux : la perception de l’espace et du temps, et le tissage de liens en réseaux, plus ou moins anachroniques avec les autres natures en présence (corps, sons, pensée, temps). Aujourd’hui, il collabore principalement avec Vincent Dupont, Boris Charmatz et Olivia Grandville (Pierre Droulers et Michel Schweitzer). Parallèlement, Yves Godin a créé les installations lumières de l’exposition Legend du Domaine de Chamarande (2008), de l’ouverture du LiFE (St Nazaire, 2008) avec « Life light », ainsi que du happening étrangler le temps (préfiguration du Musée de la danse, avril 2009, Le Garage-Rennes) avec l’installation lumière Fiat Lux pour un garage Volkswagen. Il participe également à l’expo zéro du Musée de la danse au LiFE (St Nazaire, 2009). 
Depuis 2008 avec Point d’orgue, dispositif pour 1000 bougies, il invite des performeurs à investir son installation, principe de rencontre qu’il developpe autour d’autres dispositifs « Opéra Ampérique », « Jardin des Leds ». Il a participé en 2012 à la création de Snakeskins (un faux solo) avec Benoît Lachambre, en tant que scénographe et créateur Lumière.

 

 

 

 

 

Hanna Hedman, interprète, assistante artistique et chorégraphe

Hanna Hedman_vignette
Hanna Hedman a fait ses études à l’école nationale de ballet à Stockholm. Depuis 1996, elle vit en France. Ella a travaillé comme danseuse performeuse et/ou assistante avec des artistes comme Alain Buffard, Nature Theater of Oklahoma, Fabrice Lambert, François Verret, Isabelle Schad, Boris Charmatz, Philippe Blanchard, Olga de Soto et encore d’autres. Avec Benoît Lachambre, elle a co-creé le solo Enat et le jardin des icones qu’elle a dansé au Festival d’Avignon en 2002. Depuis elle a participé à plusieurs de ses productions en tant que performeuse ou assistante. En tant que chorégraphe elle a crée la pièce California Roll en collaboration avec Isabelle Schad et GOOD WORK productions. Après la première de la pièce au festival Tanz im August à Berlin, la pièce a tourné à l’international. Parallèlement, elle finit sa deuxième année en éducatrice en mouvement somatique à l’école de Body Mind Centering à Paris.

 

 

 

Romain de Lagarde, directeur technique

Romain de Lagarde avant tout, avant d’être directeur technique ou scénographe, est un éclairagiste. Il est diplômé d’un DMA de régie spectacle, option lumière, et de l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT) à Lyon (France – 2009).

Parallèlement, il a assisté de nombreux éclairagistes, dont Daniel Levy, Yukiko Yoshimoto et plus récemment Joël Hourbeigt et Maryse Gautier. Par ailleurs, il a participé à la création de différents projets de théâtre ou de danse, et est le régisseur lumière et le régisseur général de la compagnie de danse de Fabrice Ramalingom, R.A.M.a. Ils les a par exemple accompagné pour l’œuvre D’un goût exquis, et collabore actuellement avec la compagnie québécoise Par B.L.eux dans la création de Hyperterrestres, œuvre qui réunit Fabrice Ramalingom, Benoît Lachambre et le compositeur Hahn Rowe.

 

 

 

Louise LECAVALIER, chorégraphe-interprète

Louise Lecavallier vignette © Massimo Chiaradia

Née à Montréal, Louise Lecavalier s’associe à La La La Human Steps au début des années 1980 et a fait partie de toutes les distributions de la compagnie depuis Oranges en 1981 jusqu’à Salt en 1999. Icône de la compagnie pendant près de deux décennies, investie corps et âme dans son art, elle a incarné avec passion une danse extrême, bouleversant les publics de partout. En mai 1999, elle a remporté le prix national de danse Jean A. Chalmers, la plus haute distinction en danse au Canada. En février 2003, elle a reçu une bourse de carrière du Conseil des arts et des lettres du Québec. En décembre 2008, elle a été nommée officier de l’Ordre du Canada. En juin 2011, elle a été nommée « Personnalité chorégraphique de l’année 2010-2011 » par le Syndicat professionnel français de la critique, à Paris. En novembre 2011, elle a été la toute première lauréate des Prix de la danse de Montréal. Louise Lecavalier se consacre à des projets de création comme danseuse indépendante ou sous la bannière de sa compagnie, Fou glorieux, une structure de travail flexible formée en 2006. La même année, elle a co-signé I is a memory avec Benoît Lachambre, puis la pièce Is you Me en 2008 qui rencontra un grand succès. En 2011-2012, elle a conçu So Blue, sa première chorégraphie à part entière, une oeuvre intensément personnelle, différente et novatrice. www.louiselecavalier.com

 

 

 

Su-Feh LEE, chorégraphe-interprète

Lee Suh-Feh vignette © Amy Pelletier

Su-Feh Lee est une chorégraphe, danseuse et dramaturge. Née en Malaisie, c’est là qu’elle grandit et commença à se produire au National Children’s Theatre (de 1980 à 1982). Là, elle fut confrontée à une diversité de danses, des plus traditionnelles provenant de l’Asie du Sud-Est à des techniques et concepts plus contemporains et plus expérimentaux. Elle s’installa à Paris en 1985 pour y étudier la danse contemporaine. Depuis 1987, elle poursuit une formation intensive en arts martiaux chinois, plus particulièrement en art martial interne, et étudie actuellement le Ba Gua Zhang. Depuis son arrivée à Vancouver en 1988, elle fournit un travail qui envisage le corps contemporain comme un lieu où s’entremêlent histoires et traditions déracinées En 1995, elle cofonda le Battery Opera (« intrépidement iconoclaste, « indécent et intelligent ») en compagnie de l’écrivain David McIntosh. Elle a travaillé seule ou en collaboration avec d’autres artistes, notamment DD Kugler, Steven Hill, et Benoît Lachambre. Pour ses réalisations récentes, Jung-Ah and Su-Feh et Everything, elle a collaboré avec des artistes de la Colombie-Britannique, respectivement la danseuse Jung-Ah Chung, établie à Victoria, et Barry Turax, compositeur électroacoustique de Vancouver. Plus récemment, Sweet Gyre, sa deuxième collaboration avec Benoît Lachambre et le compositeur Juno Jesse Zubot, lauréat d’un prix Juno, a été produite pour la première fois en février 2013 au Dance Centre à Vancouver. L’oeuvre sera en 2015 présentée au M.A.I. à Montréal.

 

 

 

Laurent MASLÉ, compositeur

Laurent Maslé_vignetteLaurent Maslé, compositeur d’origine française, s’installe à Montréal en 1987. Depuis plus de 15 ans, il s’implique activement dans le milieu de la danse contemporaine et a créé des musiques et des environnements sonores pour plus d’une trentaine d’oeuvres de différents chorégraphes, dont Dominique Porte, José Navas et Emmanuel Jouthe. En 1997, il entame une étroite collaboration avec le chorégraphe Benoît Lachambre et participe activement à la création des environnements sonores de certaines de ses œuvres, notamment Lugares Comunes, 100 Rencontres, Not To Know ou encore Confort et Complaisance. Laurent Maslé s’investit également dans des projets d’installations d’artistes visuels, de films d’art et de documentaires.

 

 

Fabrice RAMALINGOM, danseur-chorégraphe et pédagogue

SONY DSC

Danseur, chorégraphe, pédagogue, conseiller artistique, formé au Centre National de la danse contemporaine d’Angers, Fabrice Ramalingom débute sa carrière au Centre Chorégraphique National de Montpellier où il travaille avec Dominique Bagouet et Trisha Brown. En 1993, il crée avec Hélène Cathala, la compagnie La Camionetta, puis en 2002, avec un collectif de cinq artistes, Changement de Propriétaire, lieu alternatif de production et de création. En 2006 il fonde sa propre compagnie, R.A.M.a. Il y signe 8 pièces qui sont autant de prétextes/espaces où il aime à convoquer des paradoxes tel que l’homme et l’animal, la communauté et l’individualité, la présence et l’absence. En 2010/2011, Fabrice est le premier artiste associé à L’Agora, cité Internationale de la danse à Montpellier. Puis, à partir de 2012, il devient artiste associé au CDC Uzès Danse pour une période de 3 ans. Fabrice continue à être interprète pour la chorégraphe Anne Collod et collabore avec Benoît Lachambrehttp://www.rama.asso.fr/

 

 

 

Hahn ROWE, musicien-compositeur

Hahn Rowe_HR_credit Miana Jun_vignette

Américain/Coréen – compositeur, producteur, et multi instrumentiste, Hahn Rowe se positionne depuis près de vingt ans entre le rock, la musique électronique, l’improvisation et l’univers de la nouvelle musique. Il a joué ou enregistré avec, notamment, Hugo Largo, David Byrne, Antony and the Johnsons, Hassan Hakmoun, Glenn Branca, Moby, Swans, Foetus, et R.E.M. Son travail entre Bruxelles et Berlin avec la chorégraphe Meg Stuart/Damaged Goods aboutit à plusieurs compositions telles que Disfigure Study, No Longer Readymade et Swallow My Yellow Smile. Il a par ailleurs participé à quatre éditions de Crash Landing. Il a composé et interprété en direct la musique de Forgeries, Love and Other Matters et il a écrit celle de REPLACEMENT et de BLESSED. Hahn Rowe a également écrit de nombreuses compositions pour le cinéma et la télévision, notamment pour Clean, Shaven (réalisation Lodge Kerrigan), Spring Forward (réalisation Tom Gilroy), Married in America (réalisation Michael Apted). En 2008, Hahn Rowe a collaboré avec Benoît Lachambre et Louise Lecavalier pour la création de Is You Me. En 2012, il a rejoint à nouveau Benoît Lachambre pour la création de Snakeskins, un faux solo. En mars 2013, ils a collaboré une fois de plus dans le cadre de la création de High heels too, oeuvre commanditée par le Cullberg Ballet (Suède).

 

 

 

Meg STUART, chorégraphe-interprète

portrait meg stuart LR- photo credit tina ruisinger_vignette

Meg Stuart (États-Unis) est chorégraphe, performeur, et vit et travaille à Bruxelles et à Berlin. Après avoir obtenu son diplôme de danse à la New York University, elle poursuivit sa formation en suivant des cours de Release technique et de Contact Improvisation au laboratoire de danse Movement Research à New York. Dans les années 1980, elle a dansé avec Nina Martin, Lisa Kraus, Federico Restrepo et Marcus Stern ; de 1986 à 1992, elle a intégré la compagnie Randy Warshaw en tant qu’assistante-chorégraphe. Répondant à une invitation du festival Klapstuk à Louvain en Belgique, elle a créé son premier long spectacle Disfigure Study, qui marqua le début de sa carrière de chorégraphe en Europe. Meg Stuart a fondé sa compagnie Damaged Goods en 1994. Elle a collaboré avec de nombreux artistes, comme Pierre Coulibeuf, Philipp Gehmacher, Ann Hamilton, Gary Hill, Benoît Lachambre, Jorge León et Hahn Rowe. Avec Damaged Goods, Meg Stuart a créé plus de vingt spectacles, qui vont de solos à des chorégraphies de plus grande échelle, en passant par des créations et des installations hors les murs. Ces dernières années, elle a également initié et participé à plusieurs projets d’improvisation. Ses spectacles, qui ont tourné dans les plus grands théâtres du monde entier, ont aussi été présentés au Documenta X (1997) à Kassel, ainsi qu’à Manifesta7 (2008) à Bolzano. Meg Stuart anime également des ateliers dans des contextes variés.     En 2008, l’ensemble de son travail a été honoré par un Bessie Award et le prix Flemische Culture. En 2012, elle a été récompensée du prix German Konrad-Wolf. En 2004, la pièce Forgeries, Love and Other Matters qu’elle co-signe avec Benoît Lachambre et le musicien Hahn Rowe, fut un succès ; ils ont reçu en 2006 le prestigieux Bessie Award pour celle-ci. www.damagedgoods.be

 

Nancy TOBIN, artiste et conceptrice sonore

Photo: RichereTrudeau

Nancy Tobin est une artiste sonore et conceptrice pour les arts de la scène. Au cours des vingt dernières années, elle a développé une approche marquée par l’utilisation de haut-parleurs inhabituels visant à transformer les qualités sonores de ses créations. Dans le cadre de plusieurs collaborations avec Denis Marleau (UBU compagnie de création), elle concentre particulièrement sa recherche sur une méthode d’amplification vocale spécifique pour le théâtre. En 2001, elle est mise en nomination pour le masque de la contribution spéciale et en 2004 pour le masque de la conception sonore (Novecento et Le procès, mises en scène de François Girard). Elle bénéficie du soutien du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des Arts et des Lettres du Québec. Ses conceptions pour metteurs en scène et chorégraphes ont été présentées dans le cadre de plusieurs festivals au Canada et en Europe dont le Festival Transamériques, the World Stage Festival, du Festival d’Avignon et le Festival International d’Edinburgh. Elle collabore avec la chorégraphe Danièle Desnoyers / compagnie Le Carré des Lombes depuis 1999 en signant la création et le design sonores dans Concerto grosso pour corps et surface métallique présentée au réputé Music Biennale Zagreb en 2003 et Duo pour corps et instruments. Dernièrement, sa pièce Expire a voyagé à Taiwan dans le cadre du 4th International Theatre Soundscore and Music Composition pour le World Stage Design 2017 in Taipei. Conférencière, Nancy fait connaître son travail depuis 2004 en Amérique du Nord et en Europe entre autres à la conférence du USITT 2006 (United States Institute for Theatre Technology) : « Sound art+Design » et à la quadriennale de Prague en 2007 pour la présentation de « Distorted Sound Design ». Également enseignante, Nancy donne un cours sur la conception sonore à l’École Supérieure de Théâtre de l’UQAM depuis 2011 et encadre aussi régulièrement des étudiants à l’École Nationale du Théâtre. En 2016, elle a reçu le Prix d’Excellence en enseignement de la Faculté des arts de l’UQAM.

 

Samuel Thériault, directeur technique

Issue d’une formation en gestion et technique de scène au Collège Lionel-Groulx, Samuel Thériault œuvre professionnellement dans le milieu du spectacle et d’évènements corporatifs depuis plus de 15 ans Il concentre son travail sur la direction technique, la vidéo et la sonorisation. Il a depuis dirigé, en tant que directeur technique, des productions diverses qui ont tournées autant sur la scène locale, qu’à l’international.